Accueil > Le parrain IV - Opér’Art Brut

Critiques / Théâtre / Musical

Le parrain IV - Opér’Art Brut

par Michel Voiturier

Dénonçons les atrocités sexuelles

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Groupe choc engagé résolument dans la lutte contre les abus sexuels, le collectif « Les Vaginites » balance ses sons, ses chansons, ses mots, ses indignations, ses témoignages dans un déferlement de parole, d’images, de musiques.

Sexistes de tous poils, abuseurs à la barbe-bleue, carnivores de jeunes chairs, ogres cannibales d’innocences, sadiques autojouisseurs vaccinés contre l’amour, fuyez en débandade. Voilà le spectacle qui vous en mettra plein la gueule. Qui vous traquera dans vos certitudes dévoyées. Qui ne vous laissera plus rien voir d’autre que le miroir qu’il vous tend.

D’abord, mise en condition par un déluge de musique free-rock, une avalanche de sons et de bruits dans lesquels émergent çà et là des mots qui annoncent la suite. C’est le tohubohu de ce qui se niche dans la tête de celles (ou de ceux) dont on a abusé, qu’on a violentés, embobinés, embarqués dans la brutalité d’intrusions au plus intime de leur corporel et de leur émotionnel.

Soudain, en accalmie, voici l’histoire de la petite fille sage et du parrain attentionné. Du genre de celles qu’on raconte aux enfants pour embellir leur sommeil. Sauf qu’ici c’est le personnage principal qui raconte, qui se raconte, se pose les questions de pourquoi cela arrive à elle lorsqu’elle a six ans. Qui s’explique pour quelle raison on garde le silence puisque le bourreau est dans la vie ordinaire un homme respectable et donc respecté. Tandis que des dessins enfantins authentiques s’animent sur écran. Prenant et déchirant.

Autour de Corinne Masiero, la connivence de ses complices Dominique Manet, Audrey et Stéphanie Chamot s’accommode fort d’exagérations trash en allusions aux stéréotypes de la provocation érotique ou sexuelle des spectacles conditionnés. Ici on ne craint pas la vulgarité, l’outrance, les gestes triviaux, l’effronterie barjo. Car ce qui est dénoncé va bien au-delà de tout dégoût, de toute ignominie.

Chansons jusqu’au pastiche du «  Chant des partisans » signé Chloé Delaume et Jeanne Cherhal et devenu celui des partisanes entrées dans la résistance contre les abus sexuels. Assaisonnement de chorégraphies burlesques en guise de piment au second de gré. L’ensemble est cohérent jusque dans ses excès.

Et les témoignages de deux femmes mêlées au public insèrent dans ce patchwork accusateur deux récits authentiques qui s’écoutent dans un recueillement solidaire. Justification évidente des images de manifestations projetées avec leurs cris et leurs slogans.

Ce spectacle militant fait front aux divertissements insipides montés pour ne pas voir, ne pas s’interroger, ne pas s’insurger, demeurer dans les dénis. Une heure et demie d’intensités, de réalité en faveur de la santé publique affiliée aux droits humains.

Durée : 1h30

De et avec Audrey Chamot, Stéphanie Chamot, Dominique Manet, Corinne Masiero (Les Vaginites)
Textes : Dominique Manet
Musique : Stéphanie Chamot ; à la guitare Barbara Wastiaux
Dessins d’enfants : Dahlia Hainaut, Ziad, Soumaya et Sarah Benbarek
Photo : © DR
Projection vidéo : Nicolas Grard
Production : DÉTOURNOYMENT
Coproduction : La Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq).

Compléter : https://www.facebook.com/pg/Les-Vaginites-106479407933690/posts/

13.01.2022 La Rose des Vents (Villeneuve d’Ascq – Maison Folie de Wazemmes) Festival DIRE

Le Parrain IV - Opér’Art Brut par les Vaginites

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.