Accueil > Le Grand Déballage de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret

Critiques / Théâtre

Le Grand Déballage de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret

par Gilles Costaz

Comment pimenter son autobiographie

Partager l'article :

L’eau de rose, en littérature, ne se vend plus. L’une des reines du genre, Louise Delalande, perd peu à peu ses lecteurs. Si elle se reconvertissait dans un style plus pimenté, fait d’horreurs, de scandales et d’anecdotes shocking ? Son éditeur la met en demeure de passer de la vertu au vice et d’écrire une autobiographie où rien ne sera vrai mais où tout suscitera les curiosités les plus lubriques et les plus déplacées. La gentille Louise se met au travail. Elle tarde à trouver le ton mais l’éditeur la harcèle tant qu’elle imagine les choses les plus échevelées et les moins conformes aux bonnes moeurs...
Après Même pas vrai, Sébastien Blanc et Nicolas Poiret proposent leur nouvelle comédie qui a les mêmes défauts que la précédente, Le Grand Déballage. Elle comporte quelques bonnes scènes, parvient à surprendre par un mauvais goût assumé mais ne tient pas sa ligne, ressemble plus à une série de sketches qu’à une pièce menée de A à Z. Manifestement mal à l’aise, Anne Bouvier fait reposer sa mise en scène sur les effets, les exagérations et les changements de costumes qui, pour l’héroïne, sont pimpants et très réussis. Privés de la colonne vertébrale d’un récit suivi, Pascal Zelcer et Linda Prévot Chaïb vont plus vers le music-hall que vers le théâtre. Le premier a une belle présence clownesque, la seconde du charme et une tonicité de tous les diables. On les applaudirait davantage si la direction nous offrait un verre pour faire monter la teneur en alcool d’un texte trop peu corsé. Mais ce n’est pas le genre de la maison. Aussi salue-t-on avec respect ces acteurs qui se démènent avec brio pour des auteurs en panne d’idées.

Le Grand Déballage de Sébastien Blanc et Nicolas Poiret, mise en scène d’Anne Bouvier, lumières de Denis Koransky, musique de Pierre Antoine Durand, scénographie de Pauline Gallot, costumes d’Isabelle Bardot et Julien Demoulin, vidéo de Frédéric Cussey, collaboration artistique de Marie-Céline Nivière, avec Linda Prévot Chaïb (en alternance ave Sophie Tellier) et Pascal Zelcer.

La Boussole 29 rue de Dunkerque 75010 Paris, 20 h, tél. : 01 85 08 09 50, jusqu’au 15 janvier. (Durée : 1 h 15).

Photo Fabienne Rappeneau.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.