Accueil > Le Fantôme de Benjamin Fondane

Critiques / Théâtre

Le Fantôme de Benjamin Fondane

par Caroline Alexander

La bouleversante renaissance d’un grand poète sacrifié

Partager l'article :

En une petite heure qui passe plus vite qu’un soupir, soliste entre ombre et lumière sur la petite scène du Théâtre de la Vieille Grille, Jacques Kraemer réussit à redonner la parole et la vie à un poète oublié, magicien du verbe, archéologue de la pensée : Benjamin Fondane, assassiné à Birkenau Auschwitz le 3 octobre 1944 alors que Paris était libéré depuis le 25 août. Une grande figure de la littérature disparaissait. Et la mémoire de son œuvre allait peu à peu s’évaporer avec lui.

Qu’est-ce que la notoriété ? Qu’est-ce que l’oubli ? Vaste question dont les exemples multiples pourraient remplir un dictionnaire. Un tel, musicien, écrivain, adulé de son vivant, brusquement disparaît dans les brumes. Puis, grâce à la clairvoyance, à l’entêtement d’un admirateur de l’ombre, réapparaît, reprend forme et fascination. Comme Jacques Kraemer, poète lui aussi, comédien, metteur en scène, homme de théâtre au long et fructueux parcours depuis la création du Théâtre Populaire de Lorraine en 1963, vient de le faire pour Benjamin Fondane dont la symphonie des mots et le rayonnement de la pensée l’enchantent depuis longtemps.

La mort invoquée, pressentie

Il était né en Roumanie en 1898. Juif destiné à l’exil, comme tous ceux poursuivis par les pogroms de ce temps-là, sous ces latitudes de l’est de l’Europe. Ses écrits de philosophe, ses poèmes ont font une personnalité reconnue dès son plus jeune âge. Il a 25 ans quand il se réfugie à Paris, y apprend la langue française qu’il utilise pour continuer à écrire comme s’il s’agissait de sa langue maternelle. Il s’associe aux surréalistes, devient l’ami de Tristan Tzara, d’Arthur Adamov, tourne des films, célèbre Rimbaud et Baudelaire, les scrute et les apprivoise. Ses études, ses poèmes sont dans toutes les bibliothèques. La nationalité tricolore lui est attribuée en 1938. Quand les années noires de l’Occupation tombent sur la France, il invoque la mort, comme s’il pressentait qu’elle lui était prédestinée… Dans le quartier de la rue Monge où il habite, un voisin français ordinaire dénoncera son appartenance juive aux autorités de Vichy en mars 44. Drancy-Auschwitz : la mort, si souvent invoquée, le rejoint. Loin du Père Lachaise.

Avec sa voix de baryton Martin, grave et légère à la fois, son regard en transparence, Jacques Kraemer fait vibrer en douceur le verbe de Fondane. Chaque mot prononcé est de lui et quand les musiques de Rimbaud ou celle de l’Albatros de Baudelaire viennent se glisser entre les extraits choisis et reliés, ces musiques résonnent comme partie indissociable d’un ensemble harmonique qui s’accroche aux songes. « … né pour chanter la joie… » écrivait Fondane. Mort pour avoir trop aimé la vie. Kraemer en fait son double. Inoubliable.

Le fantôme de Benjamin Fondane, poème et textes d Benjamin Fondane par Jacques Kraemer. Durée : 1 heure

Théâtre de la Vieille, les jeudi, vendredi & samedi à 20h30, les dimanche à 18h jusqu’au 7 décembre 2014

01 47 07 22 11 – vieillegrille gmail.com

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

1 Message

  • Le Fantôme de Benjamin Fondane 4 décembre 2014 11:28, par Catherine Bernès

    Un grand "bravo", un très grand MERCI à Jacques Kraemer pour cette heure de grâce, qui m’a révélé Benjamin Fondane.
    Je prolonge ce bonheur par la découverte d’une écriture malheureusement trop ignorée, injustement méconnue, pourtant si belle, cri d’un coeur assoiffé de vie et de beauté.
    Pierres précieuses que les mots de ce grand poète, fleurs jaillies d’une terre déchirée par la souffrance, perles rares données à notre coeur, pur cadeau qui vient réchauffer notre humanité.
    Benjamin n’a pas été assassiné "pour rien", grâce au talent d’un autre généreux poète, qui nous donne de le connaître aujourd’hui.

    repondre message

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.