Accueil > Le Dibbouk de Shalom Anski

Critiques / Théâtre

Le Dibbouk de Shalom Anski

par Gilles Costaz

L’exorcisme d’un esprit malin et amoureux

Partager l'article :

Le théâtre yddish est assez rare sur nos scènes françaises, bien que Benjamin Lazar et Krzystof Warlikowski s’y soient intéressés récemment. Voilà l’occasion de découvrir l’un de ses textes classiques, Le Dibbouk de Shalom Anski, qui fut écrit en 1917 et créé en 1920. Un dibbouk est un esprit malin qui peut pénétrer dans le corps d’un vivant ou d’une personne décédée. Ici, deux jeunes gens sont promis l’un à l’autre selon la volonté de leurs familles. Mais le destin les sépare : l’un des parents oublie ses promesses, le jeune homme meurt foudroyé. La jeune femme doit épouser un autre homme mais l’esprit de celui qu’elle aimait est en elle. Ce « dibbouk » se manifeste lors de la cérémonie du mariage qui ne peut se conclure ; il possède la jeune fille ! La famille appelle à l’aide un grand rabbin qui, minutieusement, tente de pratiquer un exorcisme. Mais les amants savent s’aimer même dans l’au-delà.
Ce « Roméo et Juliette » yiddish est complexe, et il est difficile d’en saisir les différents degrés, car elle est subtilement critique à l’égard des prélats de la religion juive. La mise en scène de Jean Marzouk adopte la tonalité du cérémonial qu’elle déploie dans une grande simplicité. Les rôles sont tenus par des acteurs qui jouent en alternance, selon leur disponibilité. C’est donc, sans doute, un peu différent tous les soirs mais l’on est sensible au souci de transmettre une œuvre importante, d’une inspiration très différente de ce que l’on voit généralement, et à un jeu nuancé, jamais partisan et toujours dans l’expression d’une vérité complexe. La scène d’exorcisme est mémorable à l’intérieur d’une mise en scène qui, avec élégance, préfère le style feutré au goût du spectaculaire.

Le Dibbouk de Shalom Anski, en traduction française (le nom du traducteur n’est pas précisé), mise en scène Jean Marzouk, avec Delphine André ou Morgane Leclerc - Alain Bonneval ou Dominique Vasserot - Léonard Chivot - Véronick Dugon ou Charlotte le Bozec - Anthony Hortez ou Tom Marty - Alfred Luciani - Paul Margenest ou Tom Marty - Jean Marzouk - Matthieu Milesi ou Alain Michel , José Manuel Saraiva ou Alain Michel, Eric Veiga.

Théâtre du Nord-Ouest, jeudi 30 novembre - 20h45, 
samedi 2 décembre - 20h45, 
jeudi 14 décembre - 20h45
, samedi 13 janvier - 17h, tél. : 01 47 70 32 75. (Durée : 1 h 30).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.