Accueil > La diversité de la palette de Maguy Marin

Critiques / Danse

La diversité de la palette de Maguy Marin

par Yves Bourgade

De Cendrillon à Bit

Partager l'article :

La danseuse et chorégraphe Maguy Marin a fait partie dans les années 70 et 80 du XXème siècle du courant que l’on appelait « la jeune danse française ». Quelque trente ans après, elle reste fidèle à un style « alliant pouvoir du rythme, puissance des images et convictions sociales ». En témoignent la reprise de sa version de Cendrillon sur la musique de Prokofiev et des musiques additionnelles qui date de 1985, et sa dernière création en septembre dernier à Toulouse,Bit, présentée en tournée notamment à la Biennale de danse de Lyon et au Festival d’automne à Paris pendant la saison 2014-2015.

Le Ballet de l’Opéra de Lyon reprend en novembre cette réussite qui n’a pas pris une ride : la Cendrillon de Maguy Marin. Avec cette chorégraphie, la compagnie lyonnaise a fait le tour du monde. Elle l’a dansée plus de quatre cent fois. C’est l’occasion de rappeler le rôle capital joué par la maîtresse de ballet Françoise Adret, alors chargée de relancer le Lyon Opéra Ballet (redevenu Ballet de l’Opéra de Lyon) , qui convainquit Maguy Marin de relever le défi de remonter de façon originale une œuvre du répertoire.

La chorégraphe, marquée par son passage chez Maurice Béjart, a rempli sa mission à Lyon grâce à une collaboration avec la décoratrice et costumière Montserrat Casanova, avec Monique Luyton pour les masques et Jean Schwartz pour le montage sonore fait d’un mélange de la partition de Prokofiev et de gazouillis d’enfants.

Le mouvement général de l’œuvre qu’elle conçoit comme une féérie moderne, à la fois naïve et humoristique, marquée par la société de consommation, est inspiré du monde de l’enfance et des poupées. Les protagonistes ont de curieux visages jouflus de poupon et se déplacent avec quelques raideurs plutôt comiques dans un décor qui ressemble à un magasin de jouets. A la cruauté du conte et de l’univers de l’enfance, Maguy Marin ajoute sa résistance aux contraintes de la danse académique. Cette Cendrillon est devenue pour le Ballet de l’Opéra de Lyon une véritable carte de visite.

Depuis la création de cette Cendrillon , la chorégraphe a multiplié les expériences, a animé deux Centres chorégraphiques nationaux (CCN)à Créteil et Rilleux-la-Pape dans la banlieue de Lyon, avant de revenir récemment s’installer avec une compagnie à Toulouse, la ville de son enfance.

La dimension sociale qu’elle donne à son projet artistique et la réflexion philosophique, marquent nombre de ses œuvres ; la dernière chorégraphie Bit en est un nouvel exemple. Bit par référence à l’unité de mesure informatique binaire de base. Elle y reprend une question fondamentale pour elle, celle du rythme et s’appuie sur une citation du linguiste Emile Benveniste : « Le rythme c’est la forme dans l’instant qu’elle est assumée par ce qui est mouvant, mobile, fluide, c’est la forme improvisée, momentanée, modifiable ».

Cette conviction lui permet de partir en guerre contre le pouvoir masculin, la religion mal comprise, les pouvoirs publics aussi. La démarche est généreuse, exigeante, toutefois pas évidente à suivre pendant une heure pour le spectateur. La musique, des matières sonores combinant nappes et rythmes, est signée par le musicien et « sound designer » Charlie Aubry. Le plateau est plongé dans une pénombre inquiétante. Six danseurs disposent de chacun une planche inclinée. Réunies côte à côte les six planches finissent par composer un seul plan incliné, sorte de patinoire qui sert de cadre à une danse progressivement des ténèbres, une farandole orgiaque, volontairement caricaturale, d’une belle dynamique de groupe, une farandole montante et descendante qui se termine par une plongée dans le vide des danseurs.

Cendrillon Opéra de Lyon, 11 , 12 et 13 novembre 2014 20H30 (1H30, de 10 à 50 Euros)
- Lorient, 10, 11 et 12 janvier 2015.

Bit,Festival d’automne à Paris, Théâtre des Abbesses, du 30 octobre au 15 novembre,
En tournéeForum de Blanc Mesnil, 18 novembre,Théâtre d’Aurillac, 27 novembre
Monaco Dance Forum Festival, 16 décembre ,Roubaix (CCN), 16 et 17 janvier 2015
Scène nationale de Nantes, 20 et 21 janvier, Filature de Mulhouse, 18 et 19 février
- Pôle Sud Strasbourg, 18 au 20 mars,Théâtre Vidy de Lausanne, 22 au 24 avril`

.Photos : Cendrillon©Jaime Roque de la Cruz / Bit©Didier Grappe

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.