Accueil > Je préfère qu’on reste amis de Laurent Ruquier

Critiques / Comédie & Humour

Je préfère qu’on reste amis de Laurent Ruquier

par Marie-Laure Atinault

Dites le avec des fleurs !!!

Partager l'article :

Il y a des phrases qui sont plus meurtrières que des poignards dans le cœur, lorsque l’on est amoureux. En tête du hit parade des phrases qui tuent le fameux « ce qui est beau chez toi, c’est ta beauté intérieure » et le « Je préfère qu’on reste amis », véritable douche froide du désir ! Les mots sont à manier avec délicatesse et précision, si on ne veut pas perdre ses illusions et des amis. Laurent Ruquier connaît bien le poids des mots et de l’amitié. Il a écrit, sur mesure, une pièce tendre et drôle pour son amie Michèle Bernier.

Le point de départ est basé sur la confusion des sentiments. La première fois que Claudine a vu Valentin, son cœur a fait boum ! Il est séduisant en diable. Ils sont désormais les meilleurs amis du monde. Il ne se passe pas une journée sans qu’ils se téléphonent. Leur repas hebdomadaire est sacré. Valentin raconte tout à Cloclo, son meilleur pote, son amie Claudine, ses rencontres, ses amours, son job dans la pub. Tout ?? Enfin tout ce qu’il veut bien lui dire ! Claudine, lui raconte tout. Mais pas du tout ! Claudine a un grand secret qui la tenaille, depuis le premier jour, elle est amoureuse de Valentin. Ce soir c’est dit : c’est le grand soir, le grand saut. Elle lui dit tout. Claudine va faire sa déclaration ; Elle va avouer l’amour débordant qui la taraude. Toute vérité n’est pas bonne à dire. Valentin et Claudine vont l’apprendre à leurs dépends. Leur amitié basée sur un mensonge va-t-elle voler en éclat ??? Valentin va-t-il tomber amoureux de Claudine ??? Le peut-il seulement. On sent bien qu’il ne regarde pas Claudine comme sa Valentine, mais plutôt comme un copain de régiment. Quant à Claudine, elle n’a pas fait son service militaire et regarde son Valentin comme un sucre d’orge ! Ô rage ! Ô désespoir ! Le monde est trop injuste.

Quelle bonne soirée nous passons avec notre Michèle Bernier nationale. Cette comédienne éminemment sympathique (et talentueuse), génère immédiatement des énergies positives !! Michèle Bernier est un peu notre amie, notre copine celle à qui on peut téléphoner à 3h du matin ! Pour les hommes elle représente la femme avec qui on peut vivre sans s’ennuyer. Quant à Frédéric Diefenthal, il rassemble les avis positifs des hommes et des femmes, son humour, son charme un poil canaille fait bien des victimes. Il est « craquissisme » ! Nous savons parfaitement que le mot n’est pas encore au dictionnaire mais grâce à Frédéric Diefenthal, il sera dans la prochaine édition. Laurent Ruquier a concocté une comédie romantique qui fait du bien à l’âme. Pour son amie Michèle il a concocté une potion d’amour et d’énergie : une bonne dose d’humour, des rires en cascade, des pralines roses pour l’amour, du citron vert pour les déceptions, de la barbe papa pour le romantisme, le tout cuisiné à feu vif au rythme des chansons, et bien sûr servi avec des fleurs.
Le décor de Stéphanie Jarre remplie les yeux de bonheur, une véritable explosion florale. Claudine est fleuriste, mais elle ne dit pas tout avec le langage des fleurs même si son vocabulaire est fleuri !
Aux manettes de la mise en scène, nous retrouvons Marie Pascale Osterrieth, avec qui Michèle Bernier a vécu l’aventure du « Démon de midi », de « Dolorès Claiborne », plus qu’une collaboration c’est une véritable amitié qui lient ces deux femmes. Mise en scène intelligente car elle sait se faire oublier au profit de ses interprètes pour servir la pièce.

A une époque où on peut oublier le goût de bonheur, cette pièce romantique, nous fait chantonner la chanson des gens heureux.

Je préfère qu’on reste amis
Une comédie de Laurent Ruquier
Mise en scène Marie Pascale Osterrieth
Avec Michèle Bernier et Frédéric Diefenthal
Théâtre Antoine
14, boulevard de Strasbourg 75010
Jusqu’au 3 janvier 2015
Tél : 01 42 08 77 71

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.