Accueil > Je ne suis pas une libellule de et avec Flannan Obé

Critiques / Théâtre

Je ne suis pas une libellule de et avec Flannan Obé

par Gilles Costaz

Un cinglé du music-hall

Partager l'article :

Pourquoi Flannan Obé proclame-t-il : « Je ne suis une libellule » alors qu’il est manifestement une libellule du music-hall, un personnage qui vole, danse et chante ? Parce que, cette phrase, quand il était écolier, il a dû la copier cent fois pour cause d’indiscipline ! Avec cette légèreté tout aérienne – et après des années pendant lesquelles il a participé à des comédies musicales -, il compose une pièce de théâtre qui est aussi un show, dont il est le seul artiste – mais accompagné par un pianiste qui a le sens de ses rythmes intérieurs et physiques, Yves Meierhans. Il y parle – car il alterne les confidences, les chants, les danses et les rebonds d’un corps qui ne tient pas en place mais connaît les codes gestuels et chorégraphiques – de sa vie d’acteur qui gravit frénétiquement les échelons du métier, sans en oublier aucun. Car il suit autant les cours de théâtre que ceux du shobiz. Il a d’ailleurs un père acteur et auteur de chansons, Jean Obé. Il lui rend hommage en interprétant l’un de ses textes (très émouvant). Mais il se dédouble, se démultiplie, en étant à la fois dans la tradition française – ses propres textes sont beaux et d’une sonorité chatoyante – et dans l’hommage à Broadway – mythe qu’il célèbre en chantant quelques standards et en en restituant l’allègre style de jeu et de danse sous des lumières toujours changeantes.
En frac noir, mince et souple comme une liane, Flannan Obé ponctue ses numéros d’interventions à rebrousse-poil où il se moque du public et de lui-même. Soutenu par les étincelles rythmiques d’Yves Meierhans, il vous embarque comme s’il était à lui seul une troupe de boys rompus aux acrobaties de l’humour swingué et du déhanchement harmonieux. Pour rendre aux maîtres et au genre du music-hall un tel hommage, il faut être un singulier personnage, dont l’âme et la technique connaissent déjà quelques secrets des étoiles.

Je ne suis pas une libellule de Flannan Obé, mise en scène de Jean-Marc Hoolbecq, avec Flannan Obé et Yves Meierhans (piano).

Sentier des halles, du jeudi au samedi 19 h, tél. : 01 42 61 89 95, jusqu’au 20 février.

Photo Charlotte Spill.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.