Accueil > Je crois en un seul dieu de Stefano Massini

Critiques /

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini

par Gilles Costaz

Attentat à Tel Aviv

Partager l'article :

Après sa création à la Comédie de Saint-Etienne et les représentations au théâtre du Rond-Point, Je crois en un seul dieu effectue une brève tournée. Le textes de Stefano Massini sont toujours très intéressants : celui qui est devenu récemment le patron du Piccolo Teatro de Milan parle du monde d’aujourd’hui de façon brûlante et adopte généralement un mode de narration plus choral que monologué. Chapitres de la chute – Saga des Lehman Brothers, monté par Arnaud Meunier, avait été un véritable événement. Je crois en un seul dieu prend le parti de faire entendre trois voix différentes sur un même moment vécu simultanément par trois personnes : un attentat a lieu un jour de mars 2002 à Tel Aviv. Une Israélienne, professeur d’histoire juive, une étudiante islamique palestinienne et une militaire américaine content leur propre histoire et la journée qu’ils sont en train de vivre ; la Palestinienne a un rôle différent des autres, elle est l’auteur de l’attentat. La pièce se termine sur l’explosion que la police n’a pu empêcher…
L’excellente traduction française n’a pas pu trouver l’équivalent du titre italien : « Credo in un sol–odio », qui joue sur le mot dieu et le mot haine. C’est là qu’est le sens de la pièce : la religion ne mène-t-elle pas souvent à la haine ? A vrai dire, le texte, bien qu’écrit dans une belle sécheresse et avec un remarquable sens du tempo, ne parvient pas à créer un triple regard surprenant. C’est bien vu, mais sans éclairage inattendu. Dans un beau décor abstrait et ouaté, Arnaud Meunier fait jouer les trois personnages par une seule actrice, ce qui ne rend pas nécessairement les choses plus claires mais permet à l’interprète un difficile et passionnant exercice en profondeur. Rachida Brakni effectue une extraordinaire prestation, avec une force sensible qui ne passe jamais par l’amplification. Etre dans la violence sans l’adopter, c’est du grand art. Le grand art de Rachida Brakni.

Je crois en un seul dieu de Stefano Massini, texte français d’Olivier Favier et Federica Martucci, mise en scène d’Arnaud Meunier, collaboration artistique d’Elsa Imbert, scénographie et lumière de Nicolas Marie, regard chorégraphique de Loïc Touzé, création musicale de Patrick de Oliveira, costumes d’Anne Autran, avec Rachida Brakni.

En tournée : Les Scènes du Jura - Scène nationale / 13 et 14 avril.
Théâtre des 3 Ponts - Castelnaudary / 20 avril.
Théâtre national de Nice / du 26 au 29 avril.
Centre culturel de La Ricamarie / du 3 au 5 mai.
Centre culturel Le Safran - Amiens / 10 et 11 mai.
Centre culturel Aragon - Oyonnax / 18 et 19 mai. (Durée : 1 h 40).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.