Accueil > I feel good de Pascal Reverte

Critiques / Théâtre

I feel good de Pascal Reverte

par Gilles Costaz

Dialogue sous morphine

Partager l'article :

29 secondes entre la vie et la mort. Plutôt entre la mort et la vie. Car les deux personnages, un homme et une femme, qui sortent d’un arrêt de la conscience, sont en train de revivre. Ils jouent à quitte ou double mais la médecine est avec eux. Pendant cette demi-minute, qui sera un passage vers la résurrection, ils lancent, sans vraiment converser, ce qui traverse leurs têtes hallucinées. Ils sont incohérents car la morphine travaille leurs cerveaux. Pêle-mêle surgissent la joie, les souvenirs, la vie d’avant, la possible vie d’après, les gens aimés, les détails de l’hospitalisation. C’est ainsi que ces deux morts-vivants renaissent, merveilleusement vivants.
Pascal Reverte s’est souvenu de ce qu’il avait vécu naguère. Il l’a transposé, avec une vérité veinée de poésie et d’humour. Vincent Reverte, frère de l’auteur, a mis en scène le texte dans une sorte d’antichambre mentale : un lieu tapissé de raies horizontales (tels des graphisme d’examens médicaux) où s’inscrivent aussi les chiffres d’un compte à rebours digital. Un peu de musique, et l’on entendra surtout le morceau qui donne son titre à la pièce : I feel good de James Brown dans l’orchestration feutrée d’Arthur H. L’auteur, Pascal Reverte, joue lui-même le personnage de malade sous l’effet de la drogue et de l’espoir : il est poignant. Sa partenaire, Aude Léger, est plus éthérée, touchante et insaisissable. Ce spectacle, que nous avons vu à la Mannekine de Pont-Sainte-Maxence – un lieu actif et proche d’un public concerné et varié, dans l’Oise – avant qu’il n’arrive aux Déchargeurs, est d’une forte et belle résonance.

I feel good de Pascal Reverte, mise en scène de Vincent Reverte, musique de Stéphane Cagnart, lumières de Jane Joyet et Romain Antoine, décors et costumes de Jane Joyet, avec Aude Léger et Pascal Reverte.

Déchargeurs, 21 h 30, tél. : 01 42 36 00 50, jusqu’au 18 mars. (Durée 1 h 15).

Photo Marie-Clémence David.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.