Accueil > George Kaplan de Frédéric Sonntag

Critiques / Théâtre

George Kaplan de Frédéric Sonntag

par Jean Chollet

Comédie-fiction géopolitique

Partager l'article :

Sous le nom du personnage principal du célèbre film d’Alfred Hitchcock, La Mort aux trousses (1959), piégé et confondu dans un complot avec un espion à la solde d’une puissance étrangère, un collectif d’activistes clandestins cherche à conforter son anonymat. Ils sont tous George Kaplan, celui-ci ou d’autres homonymes plus ou moins connus. Dans la maison familiale de l’un d’eux, ils se sont réunis pour définir leurs objectifs et moyens d’intervention, en rêvant de changer le monde politique et culturel, autour de cafés et de bières. Discussions cocasses et animées, propos contradictoires, divergences, utopies, remises en cause, en fonction des personnalités disparates de chacun, pour tenter de maintenir une unité collective. Telle se présente la première séquence de ce spectacle, tonique et joyeuse, qui n’est pas sans rappeler des débats qui ont animés certains engagements citoyens ces dernières décennies. Elle s’enchaîne, le temps a passé, avec une réunion de scénaristes lancés dans un projet télévisuel par un mystérieux commanditaire, articulé dans le moindre détail, dont George Kaplan serait le héros pour influencer la prise de conscience des téléspectateurs. Enfin, des personnalités d’un gouvernement d’un pays puissant anonyme, étudient les moyens de lutter contre les apparitions multiples de divers George Kaplan, menaçants la sécurité intérieure de leur état. A travers l’enchaînement de ces trois formes narratives, qui se font écho entre réalité, fiction, humour ou dérision, Frédéric Sonntag, tisse le constat des mécanismes et manipulations géopolitiques dans un monde chaotique, alimenté par des impostures médiatiques et culturelles tendant à imposer une pensée unique. Avec une écriture souvent piquante et astucieusement articulée, sa mise en scène, dans l’espace unique et évolutif de Marc Lainé, tient surtout dans l’interprétation des cinq bons comédiens que l’on ne peut dissocier, qui portent avec cohérence les différents aspects des personnages, avec les images vidéo adaptées et parfois surprenantes de Thomas Rathier et les ponctuations musicales originales de Paul Levis.

George Kaplan, texte et mise en scène Frédéric Sonntag, avec Alexandre Cardin, Florent Guyoy, Lisa Sans, Jérémie Sonntag, Fleur Sulmont. Scénographie Marc lainé, création vidéo Thomas Rathier, musique Paul Levis, lumière Manuel Desfeux. Durée : 1 heure 35.

Théâtre de la Tempête – Paris jusqu’au 7 juin 2015. Tel 01 43 28 36 36

Photo ©Bertrand Faure

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.