" Frontières "

La mise en place de cette chronique que Jacky Viallon essaiera de maintenir au rythme hebdomadaire débute donc aujourd’hui par cet « affichage » malheureusement révélateur des tendances à la banalisation de la violence et de la bestialité régnant actuellement dans l’empire de la médiatisation :

« Ce *texte accumule des scènes de boucheries particulièrement réalistes et éprouvantes »
 Evaluation de la pénibilité du travail.
 Partenaires sociaux.
 Nouvelle profession : devenez président et top-modèle à temps partiel. C’est le même défilé.
 Sortie du dernier polar : Touche pas à mes cinq milliards. ( Du jamais vu : tirage à cinq milliards d’exemplaires ! Cinq milliards de vendus ! )
 Paroles de menteurs : la franchise médicale.

Tout est dit. Compléter ne serait que redite. C’est tout pour aujourd’hui, mais en le réchauffant cela nous fera bien la semaine et il en restera même pour la soupe du chien !

* Au cas où vous n’auriez pas subi l’agression du film « Front….. » donnant du détail et filant bon train le racolage actif en toute impunité, l’affiche placardée à pinceaux à colle rabattus indique en grandes lettres de sang : « Ce film accumule des scènes de boucheries particulièrement réalistes et éprouvantes ».

Aiguisons aussi nos couteaux, aux dires de Boris Vian - Faut que ça saigne !-
A bon entendeur salut et merci de votre visite sur le site. A la semaine prochaine.

A propos de l'auteur
Jacky Viallon
Jacky Viallon

Jacky Viallon aurait voulu être romancier à la mode, professeur de lettres ( influencé par les petites nouilles en forme de lettres qu’on lui donnait tout petit dans sa soupe et qu’il taquinait avec sa grande cuillère en argent symbole d’une grande...

Voir la fiche complète de l'auteur

Laisser un message

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

S'inscrire à notre lettre d'information
Commentaires récents
Articles récents
Facebook