Accueil > Fables de La Fontaine

Critiques / Théâtre

Fables de La Fontaine

par Gilles Costaz

Lumière moderne sur des poèmes classiques

Partager l'article :

Nous avons souvent salué le Studio-Théâtre de Stains, un îlot de courage, d’invention et de cordialité dans une banlieue où l’on fait joue plus la carte de l’action artistique et culturelle qu’on ne le croit dans les milieux embourgeoisés. Marjorie Nakache dirige ce théâtre, implanté dans un ancien cinéma aux murs d’un beau cramoisi, avec flair et ténacité. Son nouveau spectacle fait revivre dans un décor de livres géants un certain nombre de Fables de La Fontaine, qui ne sont pas toujours les plus connues – même si Les Animaux malades de la peste, poème notoire, est au centre du message, si message il y a dans cette flânerie fantaisiste. On connaît : « Selon que vous serez puissants ou misérables / Les jugements de cour vous rendront blancs ou noirs ».
Le public de Stains, les écoliers surtout, ne connaissent pas nécessairement ces récits et ces morales. Ils ont la chance de les découvrir ici dans une mise en scène joyeuse qui additionne les angles d’attaque différents. Les acteurs portent parfois la perruque du XVIIe siècle, mais aussi le sac à dos d’aujourd’hui, le haut de forme et tout un attirail varié. L’on est en France ou en Afrique. Les mots prennent ainsi de nouvelles résonances. Le jeu des acteurs, Djoudi Dendoune, Xavier Marcheschi, Eric Mariotto et Sonja Mazouz, est plein de saveur et de malice. La vidéo est réglée par des as de l’image. Comme l’on n’a pas peur de mettre les pieds dans le plat pour ce qui est de la liberté et de la beauté de la femme, le spectacle va au-delà de sa justesse culturelle pour projeter sa belle lumière hostile aux obscurantismes.

Fables de Jean de La Fontaine, mise en scène de Marjorie Nakache, costumes de Nadia Rémond, vidéo de Brahim SaI, lumières d’Hervé Janlin, son de Théo Enichiello,
avec Djoudi Dendoune, Xavier Marcheschi, Eric Mariotto et Sonja Mazouz.

Studio-Théâtre, Stains, tél. : 01 48 23 06 61, jusqu’au 18 octobre. (Durée : 1 h 15).

Photo Benoîte Fanton.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.