Accueil > F(l)ammes d’Ahmed Madani

Critiques / Théâtre

F(l)ammes d’Ahmed Madani

par Gilles Costaz

Jeunes femmes des cités

Partager l'article :

Ahmed Madani parle tantôt avec ses mots, tantôt avec ceux des autres. La trilogie qu’il a entreprise, Face à leur destin, est le versant de son écriture totalement tourné vers autrui. La première pièce, Illumination(s), faisait s’exprimer des jeunes hommes du Val Fourré, à Mantes-la-Jolie (d’où vient Madani). La deuxième, F(l)ammes,est consacrée à des jeunes femmes des quartiers populaires : l’opération s’est montée en grande partie avec le théâtre de la Poudrerie à Sevran, dirigé par Valérie Suner. Un dernier volet, qui réunira femmes et hommes, sera mis en chantier plus tard.
Voici donc, se présentant devant un cyclo où s’imprimeront quelques images aux effets de miroir et d’atmosphère, dix jeunes filles issues de ce que l’entourage préfère appeler le « terroir », et non les « quartiers sensibles ». Elles sont toutes différentes et leurs confidences viennent vers nous, multiples, opposées ; pour empêcher toute généralisation. Elles sont chacune une aventure personnelle qui se développe à l’intérieur et au-delà de la famille et du milieu culturel. La première, Laurène, a fréquenté le cadre privilégié des « bobos » mais elle se sent de « la forêt ». Les suivantes ont renversé pas mal d’obstacles, affrontant la pauvreté, le mépris, les désaccords. Une seule d’entre elles est voilée, et fière de l’être – c’est l’une des plus drôles ! Dans chaque monologue et les dialogues qui surgissent comme s’ils étaient improvisés (mais ils ne le sont pas) tournent et reviennent les questions essentielles : se sentent-elles françaises ? Sont-elles exclues ? Où commence, où s’arrête la liberté des femmes ? Quels sont les visages connus et secrets du racisme ? Toutes savent briser les clichés qui entourent fréquemment cette génération.
Orchestré comme une succession de solos qui se transforme en spectacle choral, hiératique puis bousculé par la musique, le spectacle de Madani libère ce qui se dit et ce qui ne se dit pas. Le soir de la première, à Sevran, de forts et tendres courants passaient entre la scène et le public, chassant les craintes et les timidités de celles qui étaient tout à coup comédiennes de leur propre vie. Les textes mis au point par Madani forment ainsi une mosaïque très éclairante. Il y a sans doute plus de pudeur que dans le premier spectacle où les « mâles » semblaient aller plus loin dans leur vérité. Mais ce qui est beau ici, c’est qu’il n’y a pas de message, pas de prétention à encadrer des paroles individuelles dans un propos global, pas de récupération. De jeunes femmes se sont confiées, Madani leur a proposé un miroir où il a pris et reconstruit leurs aveux, et c’est toute une série de fenêtres qui s’ouvrent ou s’entrouvrent selon les tempéraments. Anissa Aouragh, Ludivine Bah, Chirine Boussaha, Laurène Dulymbois, Dana Fiaque, Yasmina Ghemzi, Maurine Ilahiri, Anissa Kaki, Haby N’Diaye, Inès Zahoré vont toutes jouer F(l)ammes pendant près d’une saison. Cette expérience sera exceptionnelle, et même dangereuse. Mais elle est, théâtralement, réussie : les dix actrices inexpérimentées brûlent les planches, à feu doux, car elles portent plus d’amour que de colère.

F(l)ammes, texte et mise en scène Ahmed Madani, complicité artistique de Mohamed El Khatib, assistanat de Karima El Kharraze, création vidéo de Nicolas Clauss, lumières de Damien Klein, création sonore de Christophe Séchet, costumes de Pascale Barré et Ahmed Madani, coaching vocal de Dominique Magloire et Roland Chammougom, coaching chorégraphique Salia Sanou, photographie de François Louis Athénas, avec Anissa Aouragh, Ludivine Bah, Chirine Boussaha, Laurène Dulymbois, Dana Fiaque, Yasmina Ghemzi, Maurine Ilahiri, Anissa Kaki, Haby N’Diaye, Inès Zahoré.

Maison des métallos, tél. : 01 47 00 25 20, du 17 au 29 octobre 2017, au théâtre de la Tempête les 16 et 17 novembre. Tournée : dates sur le site : http://madanicompagnie.fr/calendrier/. (Durée : 1 h 35).

Photo François Louis Athénas.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.