Accueil > Et pendant ce temps-là Simone veille !

Critiques / Théâtre

Et pendant ce temps-là Simone veille !

par Gilles Costaz

La femme et la République française

Partager l'article :

C’est un spectacle d’amies, cent pour cent féminin et majoritairement féministe. Trinidad a eu l’idée d’une comédie chantée qui conterait les combats, les débats et même les ébats de la femme depuis les années 50. Pas le genre documentaire, ni professoral, ni militant. Plutôt du théâtre mordant, rieur, sans avoir l’air de se prendre au sérieux. Cinq complices se sont mises au travail et le jeu de mots du titre (évidente allusion à Simone Veil, championne historique de la contraception et de l’IVG) montre bien qu’en surface, on est dans la blague et, sous la farce, dans une satire jamais innocente.
Trois femmes de l’après-guerre papotent sur un banc. Elles sont patronne, employée et ouvrière, avec le poids des enfants et de la vie conjugale qui ne leur laisse guère le temps de respirer. Elles viennent d’avoir le droit de vote, mais ça ne suffit pas ! Et l’apparition des merveilles de l’électro-ménager ne fait qu’ajouter une couleur moderne à l’esclavage des ménagères. D’année en année, ça change. Mais sans hâte et sans l’accord des hommes.
L’esprit du spectacle est chansonnier. Encadrées par une amusante clownesse, Bonbon, qui fait semblant de ronchonner, de tout savoir et de ne pas comprendre, les trois interprètes des femmes travailleuses passent du dialogue quotidien à la chanson loufoque. Elles traversent le temps en se transformant – costumes, perruques, fichus à l’appui -, sans avoir peur des clins d’oeil et des gags un peu faciles. Karina Marimon est l’ouvrière avec malice, Vanina Sicurani une patronne au charme songeur et Hélène Serres met en œuvre un burlesque de plus en plus délirant. Si l’une des fonctions du comique est de venger l’individu des duretés et des humiliations de la vie, cette revue des dernières décennies côté femmes accomplit allègrement cette mission, multipliant les éclats de rire libérateurs.

Et pendant ce temps-là Simone veille de Corinne Berron, Bonbon, Hélène Serres, Vanina Sicurani et Trinidad d’après une idée de Trinidad, chansons de Trinidad, arrangements de Michael Lape, costumes de Marc Clément, lumières de Rosemary Lejay, avec la complicité artistique de Corinne Berron, avec Bonbon, Karina Marimon, Hélène Serres et Vanina Sicurani.

Comédie Bastille, tél. : 01 48 07 52 07. (Durée : 1 h 10).

Photo Fabienne Rappeneau.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.