Accueil > Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ? d’Antoine (...)

Critiques / Théâtre

Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ? d’Antoine Lemaire

par Gilles Costaz

Un couple en quête de son dernier souffle

Partager l'article :

Antoine Lemaire n’a sans doute pas, comme auteur, la notoriété qu’il mérite. Ses pièces au titre souvent insolite (Vivre sans but transcendant est devenu possible, Vivre est devenu souhaitable) portent sur la séduction et la confession intime ; elles sont remarquables. Sa nouvelle œuvre, Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ?, répond à une commande de Sophie Rousseau et lui offre l’occasion de changer sensiblement de thème. L’amour est toujours au cœur du texte, mais les personnages sont, cette fois, des gens âgés. Un couple aborde ses dernières années ; tout semble sans nuage. Mais, un soir, l’épouse ne rentre pas à l’heure habituelle. Elle arrive avec un retard important et se justifie comme elle peut : elle n’a pas commis de faute, elle a été prise par diverses obligations... En réalité, elle perd la tête. La maladie d’Alzheimer est en train de la frapper de son aile noire. La vie continue mais comment s’adapter, comment ne pas mettre fin à l’amour, comment trouver malgré tout l’entente qui rend les jours heureux et paisibles ? L ’épouse n’identifie plus son mari et lui parle à un inconnu. C’est ainsi qu’une relation nouvelle se met en place et leur permet de renaître. Ils se comprennent dans une autre personnalité, comme s’ils n’avaient jamais vécu ensemble...
Les acteurs annoncent eux-même le numéro de chaque scène, créant ainsi une distanciation et un jeu avec la réalité. La mise en scène de Sophie Rousseau s’appuie sur ce principe du dedans-dehors, bien qu’en fait, on oublie vite ce principe de l’annonce et qu’on entre dans la continuité vraie du malaise de ces deux êtres. L’écriture d’Antoine Lemaire est d’une sensibilité étonnante et fait passer d’un monde mental à un autre. Mais pourquoi le spectacle ne convainc-t-il pas tout à fait ? Murielle Colvez est souvent bouleversante. En revanche, Antoine Lemaire, qui interprète lui-même le rôle du mari et qui est souvent un acteur éclatant, a, là, moins de possibilités et de richesse d’expressions. Pour des raisons techniques, la scénographie a été réduite par rapport à celle mise en place à la création à la Rose des vents, à Villeneuve-d’Ascq ; c’est sûrement un désavantage. Surtout, la mise en scène semble manquer de netteté, d’angle d’attaque. L’écriture n’est pas portée jusqu’à sa brûlure.

Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ? d’Antoine Lemaire, mise en scène de Sophie Rousseau, costumes de Sophie Hampe, musique d’Eric Sterenfeld, accompagnement chorégraphique de Thibaud Le Maguer, avec Murielle Colvez et Antoine Lemaire.

La Manufacture, Avignon, 14 h 55, tél. : 04 90 85 12 71, jusqu’au 26 juillet. (Durée : 1 h 15).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.