Accueil > Ensemble de Fabio Marra

Critiques / Théâtre

Ensemble de Fabio Marra

par Gilles Costaz

Le canard noir de la couvée

Partager l'article :

Une mère de famille italienne vit avec son fils handicapé. Ce fils ne pourrait pas rester seul dans son domicile mais il est à même de faire beaucoup de choses. Il peut marcher, faire des courses, jouer, se passionner pour une activité ou pour une autre. Il a quand même besoin d’être recadré sans cesse pour qu’il ne provoque pas d’incidents. C’est le canard noir de la couvée, le mouton noir du troupeau. Sa mère le porte à bout de bras, agacée, épuisée mais gonflée d’amour. Tous deux habitent un même appartement où la présence paternelle n’est qu’un mythe : l’enfant devenu adulte en gardant un esprit d’enfant croit que son père peut arriver à tout moment, mais celui-ci est mort depuis longtemps. On parle donc d’un père absent mais proche pour ne pas attrister le garçon, dans une cuisine et un salon où il y a beaucoup d’absents : personne ne vient rendre visite au duo. Mais si ! La sœur du jeune homme, qui ne donnait plus de nouvelles, arrive un beau matin. On ne l’avait pas vue depuis des années. Que veut-elle, juste dire à sa famille qu’elle l’aime ? Tu parles ! Elle veut s’occuper de ce frère diminué, non pas pour le prendre en charge, mais pour le faire interner dans un hôpital spécialisé. Ainsi tout sera réglé : les bien-portants chez eux, les défavorisés dans leur joli ghetto…
La pièce de Fabio Marra pose le problème du vivre ensemble (une formule bien à la mode) et celui de la normalité. Les handicapés ne sont-ils pas, avant tout, nos frères quelles que soient les différences qui nous séparent d’eux ? Mais jamais les questions ne sont posées par l’auteur comme des questions. C’est une histoire qu’on nous raconte, ce sont des tableaux de vie, des scènes colorées, des conflits drolatiques qui nous saisissent en nous prenant par notre goût du rire et au gré d’une familiarité avec les personnages qui ne cesse de s’amplifier. Dans l’écriture et la mise en scène de Fabio Marra, le ridicule et le risible ouvrent sur la tendresse et les gags testent notre capacité à aimer. Par nature, le comique a partie liée avec la méchanceté. Pas chez Marra, comme dans toute une veine sociale du théâtre et du cinéma italien.
L’on est caressé puis envahi par tant d’humanité parce que tous les acteurs relaient cette affection en ayant l’art d’être exacts, évidents et beaucoup moins simples qu’ils ne le paraissent. Catherine Arditi, dans le rôle de la mère, est la grande actrice que l’on connaît ; elle est là particulièrement remarquable dans sa manière d’être fermée, blessée, dure, fauve même, tout en étant emplie de sentiments aimants. Fabio Marra incarne lui-même le grand enfant handicapé : il sait en faire à la fois un être clownesque et un malheureux qui nous bouleverse. Sonia Palau et Floriane Vincent ajoutent avec finesse d’autres tonalités. Ce spectacle frappe à notre cœur en riant : une perle rare.

Ensemble, texte et mis en scène de Fabio Marra, décor de Claude Pierson, costumes de Céline Curutchet, lumières de Jean-Luc Chanonat, musique des Guappecarto, avec Catherine Arditi, Sonia Palau, Floriane Vincent et Fabio Marra.

Petit Montparnasse, 21 h, tél. : 01 43 22 77 74. (Durée : 1 h 30).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.