Accueil > Dix ans après de David Foenkinos

Critiques / Théâtre

Dix ans après de David Foenkinos

par Gilles Costaz

L’amant d’autrefois

Partager l'article :
Version imprimable de cet article Version imprimable

Un couple attend un ami à dîner. Sujet classique de la pièce de boulevard ! Seulement l’ami à dîner est l’ancien amant de l’épouse, et le mari le sait. Il a invité son ex-rival en toute connaissance de cause. L’histoire passionnelle d’antan eut lieu il y a dix ans. Comment peuvent se passer les retrouvailles entre les amoureux d’autrefois ? Jusqu’à un retour à l’ancienne passion et à une destruction du couple actuel ? Mais c’est peut-être ce que souhaite le mari et les sentiments affichés comptent peut-être moins que les manigances souterraines. Et il se pourrait que les couples se défont, se refont et se défont à nouveau au gré d’un rythme saisonnier…
On sent bien que David Foenkinos s’intéresse plus au schéma de sa pièce qu’à la vérité de ses personnages. C’est avec les codes du vaudeville et du boulevard, qu’il joue, et il le fait avec brio. Mais ce plaisir intellectuel ne produit pas une comédie très crédible. Nicolas Briançon, dans sa mise en scène, suit le même enchaînement : il règle, très bien, les effets de surprise et s’amuse de la nature algébrique des situations. Aux comédiens d’y faire croire : Julien Boisselier possède une sorte de profondeur légère, de malice ambiguë, de douceur suspecte ; Bruno Solo lui oppose un tempérament nerveux : il frappe fort, a de belles humeurs et de belles colères. Mélanie Page est cantonnée dans un style stéréotypé jusqu’à ce que la dernière partie lui permette de prendre sa place et d’imposer sa fantaisie face à cet excellent duo masculin. Ainsi mis en place, le nouveau jeu de construction de Foenkinos a un certain pouvoir de distraction. On n’y est pas secoué de rire, mais on sourit souvent à ce cas d’école qui semble prendre le parti des hommes avant un dernier mouvement de bascule.

Dix ans après de David Foenkinos, mise en scène de Nicolas Briançon, assistanat de Mathilde Penin, décors de Jean Haas, accessoiriste Bastien Forestier, costumes de Michel Dussarrat, lumières de Jean-Pascal Pracht, avec Bruno Solo, Mélanie Page
et Julien Boisselier.

Théâtre de Paris, salle Réjane, 21 h, tél. : 01 48 74 25 37. (Durée : 1 h 20).

Photo DR.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.