Accueil > Deux festivals de danse contemporaine ouverts à tous les styles

Critiques / Danse

Deux festivals de danse contemporaine ouverts à tous les styles

par Yves Bourgade

June Events et Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine saint-Denis

Partager l'article :

Ce printemps 2014 est le cadre à nouveau en région parisienne de deux festivals de danse contemporaine qui ont en commun d’être itinérants et ouverts à tous les styles avec chacun des créations.

Les 8èmes « June Events » du 4 au 20 juin sont le prolongement de l’activité tout au long de l’année de l’Atelier de Paris-Carolyn Carlson installé à la Cartoucherie de Vincennes à Paris et dédié à la création, la recherche et la formation.
Les « Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis » qui ont débuté le 6 mai et se prolongent jusqu’au 14 juin, sont préparées par des actions pour le développement du public principalement en milieu scolaire où collégiens et leurs enseignants sont associés aux projets artistiques des chorégraphes. Des résidences d’artistes sont à cet effet mis en place.

A l’affiche de « June Events » : 19 compagnies dans dix lieux différents de la capitale avec notamment neuf créations.
Les « Rencontres chorégraphiques de Seine-Saint-Denis » ont invité 26 compagnies avec entre autres 13 créations dans dix villes de ce département.

Les deux premières soirées de « June Events », les 4 et 5 juin, donnent la coloration de la manifestation, à la fois attentive à l’ouverture sur le monde et à la jeune création et soucieuse d’établir des passerelles entre les disciplines. A 19h30 (Atelier de Paris) ce sera un trio de 50 minutes de la danseuse et chorégraphe libanaise Danya Hammoud dont la création veut témoigner de la responsabilité de l’artiste au milieu des tourments du monde. A 21h, au Théâtre de l’Aquarium, l’étoile-chorégraphe américaine Carolyn Carlson poursuivra pour Dialogue with Rothko une collaboration d’1 heure 10 avec un artiste d’une autre discipline, en l’occurrence son compatriote peintre, véritable génie de la couleur Mark Rothko, sur des compositions musicales « live » du violoncelliste Jean-Paul Dessy.

On trouvera également de la musique « live » avec la création de Democracy qui s’inscrit dans un projet au long cours de la chorégraphe française Maud Le Pladec laquelle confronte pendant 50 minutes cinq danseurs et un quatuor de batteries sur un cocktail de rock et de musique post-minimaliste (7 juin, 21h à l’Aquarium).

Autres chorégraphes confirmés programmés : le Franco-espagnol Tomeo Vergès, l’Australienne Rosalind Crisp, l’Américaine DD Dorvillier, l’Espagnol Daniel Abreu, Franck Micheletti et son collectif franco-mexicain Kubilai Khan Investigations. Les jeunes talents n’ont pas été oubliés comme la Slovène Dasa Grgic, la Grecque Lenio Kablea, la Belge Claire Croizé, et le Français Orin Camus.

A « June Events », la danse sera également pour tous dans le Jardin de Reuilly avec la déambulation chorégraphique décalée qu’a imaginée le chorégraphe nantais David Rolland (7 juin)

La création émergente ou celle déjà reconnue alternent à l’affiche des « Rencontres internationales chorégraphiques de Seine-Saint-Denis » 2014 où en juin trois nouveaux lieux du département ouvrent leurs portes. Au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers, l’Américain installé en France Daniel Linehan entraîne sept autres danseurs à des Karaoke Dialogues. Des textes de Platon et de Freud, de Cervantès et de Kafka remplacent la musique pop et la variété. Pendant 80 minutes la tragédie frôle la comédie, les danseurs introduisant par leur gestique une certaine étrangeté inhabituelle dans la compréhension habituelle que l’on a de ces textes littéraires (2, 3 et 4 juin).

A la Dynamo de Banlieues bleues à Pantin, le groupe espagnol El Conde de Torrefiel, soit cinq interprètes, jouent pendant 60 minutes douze histoires regroupées sous le titre Scènes pour une conversation après le visionnage d’un film de Michel Haneke  : scènes entre étudiants, amis, monologues de jeunes gens européens se remémorant des souvenirs, des fantasmes, des anecdotes, des traumatismes, tous révélateurs de contradictions et de difficultés à surmonter les règles sociales de tous ordres (5 et 6 juin 20H).

Au Nouveau Théâtre de Montreuil, du 10 au 14 juin, cinq propositions alternent à différentes heures de la soirée. La Belge Lisbeth Gruwez, soliste de Ian Fabre, signe un quintette de 65 minutes sur l’hilarité Ha/Ha … Deux Israéliens danseurs et chorégraphes, Niv Sheinfeld et Oren Laor, livrent une version dansée de 50 minutes d’une pièce à succès en Israël « Tow Room Apartment » de Liat Dror et Nir Ben-Gal : dans un lieu clos un couple d’hommes avec une gestuelle simple évoque la difficile coexistence des individus qu’elle soit sociale, politique ou intime. La Congolaise Ula Sickle cherche à représenter avec Kinshasa Electric , une composition de 60 minutes pour trois danseurs et un DJ, les frontières floues entre l’Afrique et le reste du monde, entre culture populaire et culture savante, entre art et commerce, entre authenticité et opportunisme. Un message d’espoir et la preuve d’un possible rassemblement entre les cultures que cette Africaine donne en forme de conclusion à ces Rencontres de Seine-Saint-Denis.

June Events du 4 au 20 juin, en dix lieux à Paris.
Informations et réservations au 01 41 74 17 10
Rencontres internationales chorégraphiques de Seine-Saint-Denis jusqu’au 14 juin Informations et réservations au 01 55 82 08 08

Photos Caroline Carlson "Dialogue with Rothko" crédit Laurent Pailler
"kinshasa Electric" (Rencontres de Saint-Denis)

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.