Accueil > Débrayage de Rémi de Vos

Critiques / Théâtre

Débrayage de Rémi de Vos

par Gilles Costaz

L’entreprise, un terrain de chasse

Partager l'article :

Devenu l’un de nos plus grands auteurs, Rémi de Vos n’a pas commencé par une pièce hésitante. Débrayage, son premier texte, qui a été beaucoup repris et qui fait à présent l’objet d’une re-création par la compagnie montpelliéraine de l’Astrolabe, tapait fort, en 1996, sur le monde de l’entreprise. Malgré son titre, ce n’est pas exactement une pièce sur le chômage. Plutôt une série de scènes – treize au total – sur la difficile vie de toute personne qui doit s’inscrire dans la politique contraignante d’une entreprise. Un homme annonce à sa femme (ou, plutôt, n’ose pas annoncer à sa femme) qu’ils ne partent plus en vacances, il doit rester à la demande de son patron. Deux hommes sont candidats à une même place et la responsable des engagements les met en concurrence dans le même bureau. Une employée modèle explose quand le « ras-le-bol » est atteint. Plusieurs personnes attendent d’être reçues par un employeur et l’attente tourne au conflit larvé. En séance de travail,un cadre explique le terme de « management participatif »...
Nicolas Pichot a profité de la structure en sketches de De Vos pour créer un spectacle en perpétuelle mutation. Les parois se déplacent, les praticables et les lumières délimitent sans cesse de nouvelles aires de jeu, la musique enchaîne les moments les uns aux autres et entre même dans le jeu gestuel et parfois chorégraphié des acteurs. Une telle conception demande beaucoup d’habileté et de rapidité aux comédiens. Ils en ont ! Marc Pastor, Tony Bruneau et Natacha Räber changent aisément de personnage et de tonalité. Quant à Evelyne Torroglosa, elle a une présence exceptionnelle, passant sans peine de l’aplomb à la fragilité avec une puissance scénique ouverte à la fantaisie. La mise en scène de Nicolas Pichot sait associer le tableau intime et la fresque globale, le drame individuel et l’image du monde professionnel, faire vivre l’instant théâtral à l’intérieur d’une fluidité filmique. La peur et l’esprit de compétition tournoient, de manière obsédante, dans ces jours où les bons sentiments officiels ne dissimulent pas longtemps le parti pris de chasse à l’homme. Débrayage, dont le texte intègre quelques ajouts liés à l’évolution du monde de l’entreprise et à la mutation de la société, renaît ici dans l’une de ses mises en scène les plus percutantes.

Débrayage de Rémi de Vos 
Mise en scène Nicolas Pichot
Travail chorégraphique  Leonardo Montecchia
Scénographie et décor  Pierre Heydorff
Création musicale Tony Bruneau
Création lumière Natacha Räber
Création des Costumes Pascaline Duron
Photos                   Marc Ginot
Avec Marc Pastor, Evelyne Torroglosa, Tony Bruneau, Natacha Räber.

Théâtre de l’Entrepôt, Avignon, 15 h 25, tél. : 04 90 86 30 37, jusqu’au 30 juillet (relâche le 25). (Durée : 1 h 20).

Photo Marc Ginot.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.