Accueil > Club Guy & Roni à Chaillot avec« Naked Lunch »

Critiques / Danse

Club Guy & Roni à Chaillot avec« Naked Lunch »

par Yves Bourgade

Un objet non identifié en provenance des Pays-bas

Partager l'article :

« Club Guy & Roni », qui vient pour la première fois à Paris et investit le plateau de la grande salle du Théâtre national de Chaillot, est le nom d’une compagnie de danse en provenance des Pays-Bas et basée à Groningen depuis 2002.

Guy et Roni sont les prénoms de deux danseurs chorégraphes qui ont respectivement pour patronymes Weizman et Haver. Tous deux sont d’anciens danseurs émancipés (le moins que l’on puisse dire) de la Batsheva Dance Company d’Israël et qui ont dansé aussi avec le chorégraphe belge Wim Vandekeybus. Leur spectacle affiché à Paris, Naked Lunch ( Le festin nu) est inclassable : un objet non identifié, interprété par six danseurs, trois percussionnistes, trois chanteurs et une actrice, objet que l’on ne sait dans quelle catégorie ranger.
Peu importe. D’ailleurs à la création en octobre 2013, la presse néerlandaise a dû reconnaître que ce tandem de chorégraphes ne manque pas d’audace.« Ils y vont à fond et sans retenue », lisait–on dans Volkskrant, « Club Guy & Roni » frappe à nouveau (...) avec un tourbillon d’une heure et demie d’images hallucinatoires, de rythmes percussifs, de voix grondantes, d’acrobaties et de mariachi mexicain », écrivait le critique de Theaterkrant.

Le point de départ n’a rien de drôle : Naked Lunch est aussi le titre du roman que l’auteur américain William S. Burroughs a tiré d’un drame qu’il a vécu lors d‘un jeu particulièrement alcoolisé et malsain. Célèbre pour son addiction à l’alcool, mais aussi aux drogues, l’écrivain a tué par accident d’une balle dans la tête son épouse Joan Vollmer, femme brillante, éprise de littérature et de philosophie, en 1951 à Mexico. Il voulait renouveler la performance de Guillaume Tell qui fendit d’une flèche une pomme posée sur la tête de son fils. Il fallut l’aide de ses amis Jack Kerouac et Allen Ginsberg pour que Burroughs, traumatisé, écrive le roman, d’abord censuré aux Etats-Unis et paru en 1959 en France.

Le propos des chorégraphes est ambitieux : tenter de représenter en une heure trente ce qui se passe dans la tête d’un individu, dans la poignée de secondes lorsqu’une balle tirée vient lui percuter le crâne, ce moment bref entre la vie et la mort.

Un ancien toxicomane Oscar Van Woensel, du collectif théâtral néerlandais Dood Paard a signé le texte inspiré du roman et que dit sur scène l’actrice Veerle van Overloop, interprète de Joan Vollmer, texte qui est accompagné par la musique de Yannis Kyriakides, mélange de sons déformés, bouillonnants et de rythmes tranchants. La femme sur le point de mourir est fixée sur une roue pivotante avec sur le visage un masque. Sa vie défile dans un total désordre sur des surtitres où sont montrées d’autres possibles façons de mourir. Les chanteurs sont entassés dans un aquarium alors que les danseurs doublés d’acrobates semblent voler parmi des écrans mobiles et des lumières très étudiées.

Théâtre national de Chaillot à Paris (grande salle) : « Naked Lunch » (en anglais surtitré en français) par la compagnie Club Guy & Roni, 6 et 8 avril 2016 2Oh30, 7 avril 2016 19h3O, durée 1h30, 35€

photo© Reyer Boxem

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.