Accueil > Brigitte Lefèvre quitte le Ballet de l’Opéra de Paris

Actualités / Danse

Brigitte Lefèvre quitte le Ballet de l’Opéra de Paris

par Yves Bourgade

Partager l'article :

Depuis la fin de « l’époque Lifar » qui dura grosso modo un quart de siècle, le Ballet de l’Opéra de Paris n’avait pas eu de « patron » sur une aussi longue période : aussi le départ à la retraite ce mois d’octobre de Brigitte Lefèvre, en poste depuis 1995, marque-t-il une étape dans l’histoire de cette illustre compagnie de danse plus que tricentenaire.

La directrice sortante de la danse du Ballet de l’Opéra a eu droit ce 4 octobre en présence du public, anonyme et officiel, à des émouvants adieux sur la scène du Palais Garnier, avec le fameux « défilé » qui réunit, lors de circonstances exceptionnelles, les élèves de l’Ecole de danse et les danseurs de la compagnie selon une hiérarchie immuable.

Serge Lifar, danseur et chorégraphe, ne portait pas le titre de « directeur de la danse », mais celui de « maître de ballet ». C’était cependant lui qui décidait des orientations du Ballet comme cela a été le cas de Brigitte Lefèvre, également danseuse et chorégraphe, auquel succède Benjamin Millepied, lui aussi danseur et chorégraphe.
On pourra juger encore cette saison 2014-2015 des orientations de Brigitte Lefèbre, puisque c’est elle qui l’a élaborée. Dans les semaines qui viennent sont programmés le raffinement épuré de Rain de la grande dame de la danse belge contemporaine Anne Teresa de Keersmaker, puis pour les fêtes de fin d’année l’approprié, et exigeant techniquement, Casse noisette du « fonds » Rudolf Noureev. Sur le passé, un livre rétrospectif de 23 saisons, avec photos et témoignages paraît 1992-2014-Brigitte Lefèvre, Ballet de l’Opéra national de Paris -éd. Opéra de Paris.

Brigitte Lefèvre est certainement actuellement une des personnalités du monde de la danse qui connaît le mieux ce Ballet de l’Opéra de Paris, dans la durée et dans l’intimité. En plus elle y est arrivée comme « patron », préparée pour ce poste. Elle a appris à danser dans son Ecole avant d’entrer en 1963 dans son corps de ballet et de le quitter à 28 ans en 1972 pour les horizons nouveaux de la danse contemporaine avec le Théâtre du Silence. Ce fut ensuite, à partir de1985, l’inspection de la danse et la délégation à la danse du Ministère de la Culture, avant le retour en 1992 à l’Opéra de Paris, pour administrer le Palais Garnier, prélude à la direction de la danse. A ce dernier poste, elle estime que « son détenteur doit d’abord persuader le directeur de l’Opéra de Paris que la danse n’est pas le bouche-trou du lyrique et qu’il doit défendre cela. Pour ce qui est de la façon d’exercer les fonctions de directeur de la danse de l’Opéra de Paris, ce peut-être différent selon la personnalité ».

Elle pense toutefois que la transmission de la tradition, l’ouverture du répertoire et le travail d’équipe, doivent rester les maître-mots. Par ailleurs, « les 154 danseurs du Ballet, il faut les convaincre, affirme-t-elle, que la grande technique classique c’est certes l’excellence, mais que danser le contemporain c’est ensuite aborder le classique différemment ». Elle ajoute : « En outre à l’0péra on a tellement reçu que l’on a le devoir de faire partager avec d’autres publics ; c’est cette conviction qui m’a conduite à m’engager avec mon collègue et ami Jacques Garnier dans l’aventure du Théâtre du Silence et qui fait que je quitte à nouveau l’Opéra en toute sérénité. ».

Brigitte Lefèvre va prendre la direction artistique du Festival (biennal) de danse de Cannes 2015 et 2017. En outre elle prépare un spectacle sur les « Carnets »de Nijinsky qui réunira du théâtre, de la musique et de la danse.

-  Palais Garnier : Rain , du 21 octobre au 7 novembre de 10 à 110 €.
- Opéra Bastille : Casse-noisette, du 26 novembre au 31 décembre de 5 à 130 €.

Photo ©Sébastien Mathé

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.