Accueil > Après la répétition d’Ingmar Bergman

Critiques / Théâtre

Après la répétition d’Ingmar Bergman

par Jean Chollet

La scène et la vie

Partager l'article :

Sur le plateau déserté d’un théâtre après une nouvelle séance de travail consacrée à sa cinquième création du Songe d’August Strindberg, Henrik Vogler, metteur en scène expérimenté, retrouve la jeune comédienne Anna Egerman qu’il a choisi comme interprète d’Agnès, persuadé qu’elle est faite pour le rôle et qu’il veut aider à trouver son personnage. Entre les exigences de l’un, son amour pour les comédiens, et les doutes et interrogations de l’autre, apparaissent leurs liens existentiels passés qui les réunis à travers la mère d’Anna, Rakel Egerman, comédienne talentueuse auprès d’Henrik, dont elle fut la maîtresse, avant de mourir d’alcoolisme plusieurs années auparavant, détestée par sa fille. Sous les yeux de celle-ci, témoin muet, Rakel apparait victime de son addiction, de sa passion charnelle pour Henrik, des symptômes de son vieillissement pesant sur sa carrière de comédienne, et de sa solitude, avec des accents bouleversants. Après la disparition de ce fantôme, reste la tentation de construire un avenir commun hypothétique, entre un homme vieillissant et sa jeune protégée, au théâtre comme dans la vie.

C’est ce film, réalisé pour la télévision par Ingmar Bergman et diffusé en 1984, que Nicolas Liautard, auteur d’une mise en scène appréciée des Scènes de la vie conjugale (2014) porte à la scène et interprète Henrik pour faire entendre avec ses deux partenaires, Sandy Boizard (Rakel) et Carole Maurice (Anna), ce texte magnifique. Sans effets spectaculaires, ni vidéos illustratives, mais en tendant un fil ténu entre la réalité de vie quotidienne, de l’amour et des sentiments, et de leurs frontières ou porosités dans la construction et l’accomplissement de la création théâtrale. Sous une forme intimiste pour une relation au public pénétrante, ainsi mis à l’écoute des mots du réalisateur suédois, en rappelant, si besoin était, qu’il fut également un grand homme de théâtre.

Photo DR

Après la répétition de Ingmar Bergman, mise en scène Nicolas Liautard, avec Sandy Boizard, Nicolas Liautard, Carole Maurice. Lumières Magalie Nadaud, son Thomas Watteau. Durée 1 heure 10.

Théâtre de la Tempête jusqu’au 28 mai 2017.

Le Mur d'affiches


Visitez le Mur d'Affiches...

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.